mercredi 18 février 2015

Le polar inspire le cinéma



Certains ont eu du mal à reconnaître le film dont était tirée l'image qui ornait le précédent article. Vous me connaissez, je suis un brave garçon, je ne vais pas vous laisser vous tourmenter ainsi. Elle est tout simplement extraite d'un film mineur mais sympathique de Coppola au titre en forme de barre chocolaté : Twixt

Je joins à cet article l'ensemble de la séquence. Elle est assez drôle. Elle n'est, toutefois, que moyennement originale. La crampe de l'écrivain et les retouches interminables : tout cela a été magistralement traité dans le bouquin tordant de Donald Westake. Je veux évidemment parler d'Adios Shéhérazade. Si vous n'aviez qu'un bouquin à lire ou à offrir cette année ce serait celui-ci. Courrez-y les yeux fermés !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire