dimanche 8 février 2015

Un plan signé Don Siegel


Résistez au morcellement. La première chose qu'apprend un jeune réalisateur c'est qu'on peut coller des plans à la suite des autres et que ça fonctionne. Enfin, pas toujours. Quand il y a trop de petits segments, ça donne juste mal à la tête. Serge Daney disait que les plans ont leur longueur et qu'il faut respecter cette longueur. 

Je développerai ces considérations théoriques sur la longueur d'un plan dans un prochain billet mais on peut noter tout simplement qu'un bon moyen de lutter contre le morcellement c'est de faire du plan un carrefour, un lieu où peuvent se rencontrer différents élément. 

L'image du jour, signée Don Siegel, répond en partie à cette définition. Quel valeureux lecteur nous dévoilera le titre du film dont elle est tirée ?

3 commentaires:

  1. Charley Varrick ?

    Nini.

    RépondreSupprimer
  2. Pas loin. The killers !

    Il y avait un piège, à la base c'est un téléfilm.

    RépondreSupprimer
  3. Aie. Je n'ai rien gagné alors ?

    Nini.

    RépondreSupprimer