mardi 3 mars 2015

Juger des films sans les voir


Jean-Patrick Manchette n'est pas que l'auteur génial de Nada et du Petit Bleu de la côte ouest mais aussi d'un incontournable recueil de critiques de film : Les yeux de la momie. A la fin du bouquin, quand le lecteur est définitivement pénétré de l'intelligence et de l'acuité extrême de l'auteur celui-ci dévoile le pot au rose : pas question, vu la maigreur du salaire d'un critique de films, de sacrifier des heures dans les salles ; tous les films ont été chroniqué sans avoir été vu, la réputation du réalisateur suffisant pour se faire une idée de la teneur de la chose ainsi qu'un petit rapport que le fils de l'auteur - le réalisateur Doug Headline – qui lui allait les voir, faisait à son papa.

S'agissant du Capricorn qui me pourrit la vie depuis 48h, un survol de 20 secondes fournit largement assez d'informations pour avoir une opinion. On note, par exemple :
  1. Des cadres à la limite du banal.
  2. Des scènes de parlottes à n'en plus finir (dans un film ça doit parler le moins possible)
  3. Des hélicoptères poursuivant un avion (ce point seul suffit à se faire une idée définitive sur la chose ; seul un réalisateur totalement en roue libre et voulant faire durer une histoire manifestement arrivée à son terme peut recourir à pareille connerie).
  4. Trois types qui se séparent pour tenter leur chance chacun de leur côté (l'image en forme de triangle complotiste qui ornait le post de dimanche). Dès lors, la fin est attendue ; deux vont crever, un troisième va survivre (bien qu'on le croira mort) et venir foutre le souk à la fin, lors de la cérémonie que les autorités ont organisé en mémoire des héros décédés pour la science et la gloire de l’Amérique. Logique. Cousu de fil blanc.
Ce soir projection du film. Je ne manquerai pas de vous faire savoir si la méthode Manchette fonctionne !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire