dimanche 12 avril 2015

Casting : appareiller ses comédiens



Il arrive au dr Corvo de se relire. Oui, même si ce qui sort de son cerveau impeccablement structuré est toujours net et sans bavure et peut être imprimé tel quel et concourir sans crainte pour le Goncourt, il arrive au dr Corvo de se relire. Bref, je relisais la série d'articles sur le castinge et je me disais que j'avais omis de mentionner un élément qui devait diriger votre choix : le soucis d’appareiller ses comédiens. Au delà de la valeur des comédiens, un casting doit refléter la variété de la vie. On veillera à ce qu'il y ait des blonds et des bruns, des jeunes et des vieux, des rondes et des maigres.

J'avoue que j'ai un peu songé à ça quand j'ai décidé du casting de Zaroff : Philippe Kersalé et Romain Canet, un blond et un brun. 

J'ajoute un truc : c'est bête mais il faut veiller à ce qu'il n'y ait pas de confusions possibles dans l'esprit des spectateurs. Evitez deux acteurs qui se ressemblent trop ou sinon vous vous exposerez au risque de voir la partie la plus futée de votre public se lancer dans toutes sortes d’hypothèses (« il sont frères et ils ne le savent pas », « ce sont Romulus et Remus et il est de retour pour se venger »,« c'est son père et il ne l'a pas reconnu »)... et tout louper de l'histoire que vous aller raconter. Ils sont cons les gens futés !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire