jeudi 30 avril 2015

Salle de cinéma et finalité d'un film


Mon ami le porcivore m'a lâché un commentaire : « Dr Corvo, utilise Google ou va à la bibliothèque du cinéma , tu trouveras facilement le budget des films que tu cites ;-)

Dark Star tel que nous le voyons n'est pas totalement auto-produit, il a commencé comme un film d'étudiant et ensuite un producteur a lâché quelques billets il me semble»
.

Il dit vrai. Et moi aussi d'ailleurs ! De mémoire, les sousous sortis du cochon de John Carpenter c'est 6000 dollars ; ce qu'à lâché le producteur pour que soient tournés des scènes supplémentaires, c'est 60 000. On est bien en dessous des 100 000.


Et quand bien même on serait légèrement au dessus, quand bien même on aurait besoin de recourir à un peu de loc' pour compléter son matos (un autre commentaire), cela n'aurait pas une grande importance car le fait est bien là : un film ça ne coûte pas forcément les budgets délirants qu'on a coutume de nous annoncer. Ça peut mais pas obligatoirement.


Ça peut mais seulement si on est paresseux et qu'on considère que faire péter des bagnoles, crasher des hélicoptères ou exploser des trains est gage de bon cinéma. Pour le dr Corvo c'est plutôt gage d'ennui.


Ça peut si on tient à vivre en 1980 alors que le numérique est passé par là et que chaque jours des nouveaux joujoux apparaissent qui automatisent de nouvelles tâches, rendent les tournages plus légers et moins gourmands en techniciens.


Ça peut si on continue à croire que la salle de cinoche, et les frais de lancement qu'elle suppose, est la destination naturelle des films. Que peut bien me faire que mon film sorte sur les écrans ?! De toutes façons, il n'est pas voué à y rester. A part le Rocky Horror Pictures Show aucun film ne campe sur les écrans. La plus grosse production à 100 millions de dollars en dégage au bout de 8 semaines max et doit continuer sa vie à la téloche, quelque part entre les pubs pour la Yaris et le roquefort Société. Cela me fait moyennement rêver.


Me fait beaucoup plus rêver qu'un petit gars, qu'aime le cinéma, puisse pour quelle roros télécharger le film de son réalisateur favori, le montrer à sa copine, et que, passant un bon moment, celle-ci se décoince et que notre jeune mec puisse la peloter abondement. Le noble but que devrait poursuivre tout réalisateur en faisant des films : exceller dans son art pour contribuer au redressement de la natalité française !

1 commentaire:

  1. Le Dr Corvo oubli que Dark Star a été produit aux alentour de 1974. Le cuiseur de Porc, qui se souvient vaguement de ses cours d'éco à la fac vous rappelle qu'un dollars de 1974 et un dollars de 2015 ne se valent pas.
    Par exemple le burger du téchnicien va couter genre 30 cents en 1974, alors qu'il coutera 6 dollars en 2015.
    Grace au petit calculateur ci-dessous nous voyons que Dark Star à couté l'équivalent de 300.000 $
    http://data.bls.gov/cgi-bin/cpicalc.pl?cost1=60000&year1=1974&year2=2015

    Mais on peut évidemment faire un long métrage à 50.000 euros. Mais peut-etre pas Dark Star (sauf si on l'a des étudiants ultra motivés, avec le matos de leur école, et des mecs prêt à bosser des mois sur des effets numériques ou des décors pour la gloire)

    RépondreSupprimer