mercredi 27 mai 2015

Le cinéma, c'est un écran émouvant.


Revenons sur ces manières de soudard. Faut-il pour que des scènes d'amour soient réussies que les homme se jettent sur les femmes tels des gorets ? Tous les films doivent-ils ressembler à la rivière qui me tourneboule depuis une semaine ou à un film de Stroheim (ce qui ne serait pas mal après-tout) ? Ne serait-ce pas un tantinet simpliste ? Il suffirait donc de bander à tout va et de vomir des insanités dans tous les plans pour obtenir un art puissant… Euh…

Et Lubitsch ? Chez Lubitsch on est entre gens de bonne compagnie, on ne dit pas "crotte" et encore moins "fuck", on bande sous cape…. et, pourtant, quoi de plus érotique que cet homme à jambe de bois et cette femme sans poitrine, bref, que Trouble in paradise ?

Ben, oui, vous m'avez compris : il y a pas de recette en art, il faut juste que le truc soit habité.  D'intelligence ou désir - de ce que vous voulez, c'est votre travail d'artiste de le préciser - mais, enfin, de quelque chose. Le cinéma, c'est un écran émouvant. Faut que ça suinte !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire