jeudi 28 mai 2015

Matos ciné : sachez décrocher !



Le matos. Non, non, je vais pas vous saouler une nouvelle fois avec la nécessité de cultiver votre indépendance et donc d'investir dans un minimum de matos. Je vais même faire tout le contraire : je vais me faire apôtre de la sobriété.

Avoir de quoi tourner, c'est bien ; mais avoir de quoi tourner ET tourner, c'est encore mieux. Bref, le matos, vous devez le pister, le traquer, l'essayer, vous tenir informé des nouvelles avancées techniques... et ne pas faire de cette chasse au Snark la totalité de votre activité de réalisateur.

Banalité ? Euh.. probablement, mais à en juger par le nombre de brave gars, pas tous cons, qui tombent dans le panneau (à commencer par notre cher Pampuri : 1.02 ) c'est peut-être pas inutile de le rappeler !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire