mardi 12 mai 2015

Réalisateurs, sortez-vous les doigts du cul et n'ayez pas peur d'oeuvrer dans les marges !


Bon, vous avez dû remarquer que je me suis un peu penché sur la question des sous. Oserais-je avouer que je n'ai pas toujours été bien compris. Précisons une bonne fois pour toute notre philosophie :
  1. Le dr Corvo est du côté des réalisateurs. Voilà son camp. Cet art n'est pas une sinécure, il est long à apprendre, comme tous les arts il cause de nombreux cheveux blancs et raccourci vos nuits, bref, ce serait un comble une fois que les choses soient un peu intégrées, que les œuvres ne puissent exister pour de sordides histoires d'argent.
  2. Le meilleur moyen de déjouer cette malédiction du fric (qu'on ne veut pas vous donner) c'est... de produire vous-mêmes.
  3. La première étape de ce processus d'autoproduction c'est, naturellement, de posséder ses outils : une caméra, un peu de grip, un micro, un enregistreur, quelques lumières... C'est pour cette bonne raison et pas par pure fétichisme technologique que le dr Corvo s'intéresse à tous ces petits bidules électroniques qui ne cessent de sortir.
  4. La deuxième c'est de mettre des ronds dans le film proprement dit. La règle est de bon sens, elle s'énonce ainsi : jamais au delà de ce que ce qui vous est possible ! Jamais au delà de vos moyens !
    S'il s'agit d'un court-métrage, ce sera un tout petit peu de fric, car vous ne le reverrez probablement jamais vu qu'il n'y a pratiquement pas de marché pour les courts. S'il s'agit d'un long, ce sera autant (ou moins) que ce que vous escomptez gagner avec machin. Peu importe que seuls quelques milliers d'esprits éclairés n'acquittent leur ticket pour voir votre film... si le coût de production de votre film est couvert par ces quelques milliers de spectateurs.
J'entends déjà les sarcasmes : « comme c'est petit ! », « pourquoi se contenter d'une niche et ne pas viser le grand nombre ? »... Oui, c'est cela. Viser le grand nombre à l'heure des tribus et de la segmentation extrême des goûts ! Oui, bien sûr, il y en a des films qui visent le grand nombre, des blockbusters que ça s'appelle. Ils s'adressent à tous... et n'ont rien dire à personne !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire