samedi 27 juin 2015

Du rififi chez les hommes (4) : tournage mode d'emploi.


Bon, je te mets sur la voie : il y a peu, j'ai fait un article sur Violent Saturday. Tu t'en souviens ?

Ouais, tu disais que faire un film, c'est comme préparer un braquage, que tout doit être muti-checké car pas question d'aller tricoter des espadrilles pendant 20 ans pour une question de mauvais timing. Oh, merde ! J'ai compris : Du rififi, avec son casse détaillé à l'extrême, c'est le film ultime sur la manière dont doit se dérouler un tournage !

Tony qui arpente la rue et qui demande qu'on lui détaille les allées et venues de tous les commerçants….


Un repérage, c'est pas seulement le lieu où on va tourner mais aussi les gêneurs éventuels qui logent dans le voisinage.

Les truands qui poussent les meubles

Un intérieur n'est pas tout à fait un plateau de cinéma et faut le préparer un peu avant de pouvoir tourner.

Qui se déchaussent et passent des baskets

Les balles de tennis qu'on met sous les pieds pour éviter de rayer les parquets des bourgeois inconscients qu'on eu la mauvais idée de prêter leur appart'.

La multitude des outils

Un tournage ne se fait pas sans un minimum de grip.

La fin cruelle, Tony et sa bande se faisant dérober le fruit de leurs efforts par des entrepreneurs de spectacles


Le piratage. Tourner un super film n'est pas tout : faut encore s'assurer que Youtube et consorts vont pas mettre la main dessus ou qu'il ne va pas se retrouver en téléchargement gratos quelque part sur un coin de la toile.

Ben, tu vois que t'es capable de finesse !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire