mercredi 10 juin 2015

Kung Fury : pourquoi tant de haine ?


Bon, je voudrais pas donner l'impression d'exploiter un filon mais ils se trouve que ce Kung Fury et la façon dont je l'assaisonne suscitent des réactions. J'en retiendrai deux (pour commencer).

D'abord, nous avons eu celle de l'excellent Julien, le marchand de vin à l'élégance tout british. Avec justesse, il m'a fait remarquer qu'avant tout KF est une grosse déconnade et qu'il faut pas bouder son plaisir car les déconnades, surtout aussi bien faites, sont tout ce qu'il y a de plus poilant.

L'excellent Joël, que je connais à peine et qui n'est pas mon salarié, lui tint à peu près ce langage :

"Moi aussi, Julien, j'ai pris plaisir à ce film mais il faut préparer l'avenir et ce genre de court n'arme pas beaucoup pour faire un long. Il se murmure que des producteurs, à l'odeur de l'argent alléchés, on approché le réal pour qu'il passe au long. Le truc sera raté et on tiendra, à tort, le méchant Hollywood pour responsable du fiasco. La vérité, c'est qu'en faisant un court il faut déjà penser long. Comme, là, on est exclusivement dans le décor et dans le clin d'oeil se sera dur de dur de développer quoi que ce soit. Les personnages, leur complexité… Sur de tels éléments tu peux faire long. Le reste, quand on l'étire ça fait bailler !"

J'ai cité in extenso l'excellent Joël car ce qu'il écrit n'est pas loin de ce que je pense et pourrais ce résumer à ceci : qui aime bien châtie bien ! C'est parce que le succès des réalisateurs m'importe que je les fouette si énergiquement (en outre, ça entretient ma musculature puissante).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire