dimanche 21 juin 2015

Tony Rome est dangereux : portrait de Miami en Babylone.


Marvin Albert ayant été honoré tu nous parles un peu plus de ce Tony Rome ?

Ben, c'est un polar. Il y a des chausses-trappes, des fausses pistes, des indices qui mènent à d'autres indices qui mènent à d'autres indices qui... et rapidement on y comprend plus rien !

Hm, gênant ça.

Ouais, c'est souvent la marque des films adaptés d'un bouquin. Le bouquin peut bien être confus, tu retournes quelques pages en arrière pour retrouver ce que tu n'avais pas enregistré et t'assurer de qui est qui… mais avec un film, c'est un peu plus dur.


Tu veux dire que c'est aussi embrouillé que Le Grand Sommeil ?

Non, pas à ce point. Mais le fond est bien le même : une ville pourrie qui détruit tout. Un chaos de béton qui a poussé trop vite sur le sable pour accueillir les rêves de pauvres gars qu'ont trimé toute leur vie et qui entendent se rattraper, durant les quelques années qui leur restent à tirer, en se payant une overdose de minettes, de soleil, de combats truqués et d'alcool de contrebande. L'exploitation produit le désir de vengeance qui produit l'exploitation qui produit… Le cercle éternel de la mouise humaine.


Waow ! Un film dans le film ! Et politique en plus !

Oui, mon gars. Comme titre, je propose : Magouilles à Pourriture sur Plage

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire