samedi 18 juillet 2015

Programme du jour (soupe aux pruneaux)


Oh, comme je vous envie, vous et vos samedis loin de tout chef intraitable. Vous, vous serez à 15h à la Cinémathèque devant un excellent Pacte avec un tueur et moi pour seul horizon j'aurais ces bécanes anémiques et leurs propriétaires angoissés (bref, l'atelier). Que le monde est mal fait, n'est ce pas ?

Comme j'ai une force d'âme peu commune, je prends sur moi. Surtout, je me console (ou je me fais mal) en relisant la chronique inspirée qu'on trouve sur Le Miroir des fantômes et dont je ne résiste pas à vous livrer les premières lignes :


"Pacte avec un tueur, sa dimension faustienne soulignée par le titre français, constituera donc la chronique d’une mort annoncée, d’une humanité regagnée, d’une brève rencontre entre deux hommes que leurs métiers, leurs morales, leur vies opposent de façon radicale, sous le signe filial, voire sentimental, d’une initiation identitaire, d’une traversée des apparences du capitalisme américain et de la famille idéale (idéalisée), et ce en seulement quatre-vingt-dix minutes, dont pas une seule inutile ou rajoutée, dans l’épure maîtrisée – d’autres parleraient d’efficacité « artisanale » – d’un cinéaste discret à redécouvrir."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire