lundi 20 juillet 2015

Repérages : prendre de la hauteur


Je vous ai déjà exposé ma petite théorie sur l'avantage qu'il y a à tourner en studio et sur la forêt comme solution de repli pour ceux qui ne peuvent pas se payer ceux de la Paramount. Ma démonstration était à ce point brillante que je suis sûr que vous vous en souvenez encore et que vous y adhérer totalement. Seulement, ce n'est pas n'importe quelle forêt qui peut faire l'affaire ! Celle dont j'ai besoin doit être riche de vastes clairières ; elle doit surtout se trouver à une distance raisonnable d'une station de RER pour que je puisse y amener ma petite troupe sans que ça tourne à la marche forcée et sans risquer la mutinerie.

Jusqu'à présent, la forêt qui répondait à cette définition c'était celle d'Orry-la-ville. J'y ai tourné trois films et, franchement, je ne trouve pas grand chose à lui reprocher… exceptée qu'elle se trouve à 40 minutes en RER de la gare du Nord et que 40 X 2 ça fait presqu'une heure et demi, ce qui entame sérieusement une journée de travail, d'autant que chez moi, en général, il y a beaucoup, beaucoup de choses à tourner en une journée. Et puis, un décor vu trois fois ça désespère un peu mes équipes, bref, pour Le Viandeur masqué faudrait peut-être que je trouve autres chose.


Heureusement, Google Earth existe ! Vous savez quoi ? C'est une merveilleuse invention ! On suit les lignes de RER et avec un peu de patience on découvre tout un tas de gares pas si éloignées de Paris que ça et plutôt à des distances raisonnables de forêts. La plus belle de ces gares idéales (sur le papier) ? Ecouen-Ezanville, bien entendu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire