mercredi 22 juillet 2015

Repérages : y aller voir de près


Sur le papier, disais-je. 

Ouais, sur le papier !...Car comment dire ? Comment décrire les premières impressions ressentis quand on débarque à la gare d'Écouen-Ézanville ? Eh bien, elles sont d'ordre... sonore ! Ce putain de bled se trouve pile poil sous un couloir aérien !

Certes, la forêt est deux pas de la gare ; certes, celle-ci est à vingt minutes de la Gare du Nord ; certes elle est tout ce qui y a de plus forêt (trop même, ce sont des clairières que je cherche pas le maquis corse)... mais elle surtout dans l'axe exact des pistes de Roissy.

J'en est donc été quitte pour une ballade express dans le 93. ; Le Viandeur se tournera à la Borne Blanche. Tirons de ce coup d'épée dans l'eau une leçon utile : "sur le papier" n'est pas une formule satisfaisante au cinéma :
  • « C'est, sur le papier, un super comédien ; t'emmerde pas avec des essais, engage-le de suite. »
  • « C'est, sur le papier, une excellente caméra en basse lumières ; t'inquiète pas mon pote, inutile de la tester ni de venir avec des projecteur, un tout petit clair de lune et on y verra comme en plein jour »
  • « C'est, sur le papier, un coin peinard avec des voisins plus que cools ; ce serait vraiment une perte de temps de leur dire qu'on compte forcer la clôture et tourner dans leur jardin. »
Non, pas de "sur le papier" dans le cinoche ! On braque une banque, les gars !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire