mercredi 2 décembre 2015

Les leçons du Viandeur : soyez souples


Étrange conseil, mon cher docteur. Vu tout le matos à trimballer à dos d'homme durant un tournage, j'aurais plus dit : « musclez-vous, faites-vous des biscottos, sculptez-vous un corps ferme comme le roc ». Mais, bon, si tu insistes, soyons souples.

Mentalement !

Ah !...

Tu sais que Pacôme et moi sommes allés samedi soir au gala de catch de Villeneuve-le roi.

C'étais bien ?

Oui, très bien ; Pauline était au top de sa forme, Tristan Archer aussi et Breit Smith, le catcheur qui joue le Mirobololant, a remporté son match contre un russe velu. Bon, enfin, là, n'est pas la question. Nous sommes donc allés là bas avec l'idée de faire un plan pour Le Viandeur de Marc Mercier interrogé par un journaliste. On comptait officier à la pause et on avait fait le cadre, posé des marques au sol pour le journaliste et pour Marc, posé un petit panneau de leds pour faire un discret éclairage sur nos personnages...

Et ?

Ben, le gala a commencé, les lumières ont été coupé à l'exception de celles qui tapaient directement sur le ring... et à la pause elles n'ont pas été rétabli.

Merde ! Avec votre petit panneau de leds vous étiez un peu just pour affronter les ténèbres.

Tu l'as dit ! D'où nécessité d'aller chercher la lumière au seul endroit où elle se trouvait et de casser notre belle installation. Être souple. Ne pas hésiter à bouleverser ses beaux plans quand il y a mieux à faire ou quand ceux-ci tombent carrément à l'eau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire