dimanche 24 janvier 2016

Le lundi, c'est entretien : Serge Daney



Ah, débuter dans le cinoche ! Tu sais que j'y pense beaucoup ces temps-ci, Corvo ? Je me dis que c'est pas fastoche et qu'il faudrait peut-être attaquer ce monde par la bande. Je veux dire : en douce, mine de rien, en rendant de menus services par exemple.

La stratégie Daney/Skorecki pour rentrer aux Cahiers dans les années soixante, quoi !

Hein ! Jamais entendu parler de ce fric-frac.

Mais si ! Les deux gamins – vingt piges à l'époque – étaient partis en charter jusqu'à Hollywood interviewer les figures historiques du ciné. Les papys qui s'emmerdaient à cent sous de l'heure étaient trop contents de causer et les deux petits branleurs étaient rentrés à Paris auréolés d'une gloire qui leur avait ouverte les portes de la revue à couverture jaune.

Ah, ben, tu vois, ça marche ! Pourquoi tu ferais pas ça Corvo pour faire connaître ton Viandeur ?

Aller interviewer Mc Carey ? Vu qu'il était déjà fort âgé à l'époque, si j'arrivais à lui tirer quelques mots maintenant c'est sûr que cela me vaudrait une réputation considérable. Je plaisante, ta proposition n'est pas complètement con et je promets d'y songer. En attendant, je te fais le petit plaisir auquel tu pensais si fort et que tu n'osais pas me demander : je te poste du Daney.

Trop cool, dr Corvo ! En plus, ça poursuit la série de portraits de critiques entamée avec Brion.

Je sais, ce blog est rudement bien fait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire