mardi 26 janvier 2016

Le studio (exercice de prospective)



Je pense à la façon dont le Porcivore qualifie tes films quand il veut se foutre de ta gueule : « des films de course en forêt » !

Il a pas tort si on considère les trois derniers ; Zaroff court après 808, M. Maurice après Aurélie, Dave le Mirobolant après un cri qui vient de déchirer la tranquillité de la forêt. Note-bien que malgré cela ce ne sont pas les mêmes films.

Tu n'aimerais pas lui clouer le bec à ce cochon de Porcivore ?

Certes, mais tu sais la raison de cette récurrence : quel décor trouver qui soit spectaculaire et qui ne coûte pas cher quand on est fauché comme les blés ?

Tu devrais prendre le problème à l'envers. C'est bien beau de dire « j'ai un élément imposé » et « qu'est-ce que je peux faire avec ? » mais un jour ça va coincer, un jour tu vas refaire un film que tu as déjà fait... Alors que tu as de l'imagination ! Tu vaux mieux que le bégaiement.

Qu'est-ce que tu suggères ?

Agis tout à l'inverse. Imagine que tu es dans une situation de liberté absolue ! Qu'est-ce que tu ferais ? Quelle histoire tu raconterais ?

Là, sur le coup, j'ai bien du mal à te le dire mais, d'un point de vue pratique, je sais ce que je ferais : je ferais l'acquisition d'un hangar et je me bricolerais un studio ! J'aurais du recul, je ferais la mise en scène de mes rêves et pas celle que les murs d'un petit appartement permettent, je réglerais longuement mes lumières au quart de poil.

C'est peut-être pas si impossible que ça. Ce pays en faillite est plein d'usines abandonnées. Ça doit être possible de trouver un petit hangar de vingt par trente et trois mètres cinquante sous plafond.

Ah, ouais, si petit que ça ? Si au bout de tout ça il me venait l'envie de faire un Siegfied, faudrait que je puisse y caser une forêt...

Et faire courir des bonhommes dedans... Pff, on peut pas discuter avec toi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire