mardi 23 février 2016

Réalisateurs, prenez votre destin en main !


Dis, donc, Corvo, tu t'es pas trop foulé en ce qui concerne l'entretien de lundi : du copinage pur et simple ! T'avais rien d'autre à nous mettre sous les yeux ?! T'avais pas un petit Anthony Mann, un petit Fleisher, un petit Boorman ?...

Ça viendra, ça viendra, ces trois là, je les ai sur ma liste.

Oui, mais lundi...

Lundi, on a fait dans le prophétique : Deweare estimant qu'il ne serait jamais vieux, Coppola que son film resterait (9.15), Yves Rousset-Rouard qu'un jour prochain on pourra consommer chez soi les films de son choix sans avoir à attendre que la téloche les programme (15.10).

Effectivement, ça, c'est de la boule de cristal. Un point pour toi.

Si t'ajoutes à ça les propos de Coppola qui expliquait qu'il n'a pu boucler Apocalypse Now que parce qu'il ne dépendait pas entièrement d'un studio du fait qu'il avait mis un peu de ronds dans l'affaire...

Oui, je connais ta théorie selon laquelle les réalisateurs doivent bosser afin d'arriver progressivement à leur autonomie. 

Ben, c'est le cas. Si Coppola n'avait pas anticipé le coup, adios le Vietnam en Cinémascope !

Ok, et de deux pour toi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire